AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La grande traque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aryanne Dhrën
DISCIPLE BLANC
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 10/09/2015

Feuille de personnage
Disponibilités: Chef ! Oui Chef !
Personnage Principal:

MessageSujet: La grande traque   Lun 14 Sep - 19:24

Enfin dans la guilde... Et mieux encore, elle venait fêter ça à la grande traque de Hoelbrak. C'était le rêve de toute une vie qu'elle réalisait en l’espace de quelques jours à peine grâce à une étrange rencontre au promontoire divin. Et pour combler le tout, Keylan avait accepter de passer ces quelques jours ici avec elle. Seul, rien que tout les deux... Rien qu'à elle. Dans l'énorme bac en bois faisant office de baignoire, Aryanne soupira doucement. Ici tout avait une taille extrême, elle et keylan tenait à deux dans ce qui servait de baignoire alors que les volutes de fumée s'élevait doucement. Le calme... Tout était paisible. Dans un soupir, la jeune femme ouvrit les yeux, observant son ami à l'autre bout du bac et murmura :

« on est bien là, non ? »

Dans le remous de l'eau, la jambe d'Aryanne se tendit et son pieds se retrouva face au visage de son amant alors qu'elle remua les orteils avec un sourire malicieux.

« tu veux bien soulager mes pieds, dis ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keylan Redthorns
BOURREAU DE GRENTH
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 31/03/2015

Feuille de personnage
Disponibilités: Chef ! Oui Chef !
Personnage Principal: Pappry - Lvl 80 - Voleuse Asura

MessageSujet: Re: La grande traque   Mar 15 Sep - 23:13

Qu'est-ce qu'il pouvait foutre ici ? Lui même venait à se le demander. Et pourtant, bien que la réponse se trouvait sous ses yeux, son côté mauvais le poussait à penser les choses de travers. Encore et toujours. Adossé au bois du baquet, la tête ballant vers l’extérieur, il observait la toiture à des kilomètres au dessus de leur tête. C'était comme ça que l'on percevait les bâtiments d'Hoelbrack quand on était un simple humain. Malgré la chaleurs de la titanesque cheminée, à intervalle régulier une très légère bise venant de l’extérieur enneigé venait caresser leur peau humide. Aryanne semblait heureuse de se trouver ici. En même temps, il semblerait que ce soit la première fois qu'elle quitte réellement la Kryte. Si elle savait, avec ce qui l'attendait au sein de la guilde, elle n'avait pas fini de faire le tour de la Tyrie et d'avaler des kilomètres encore et encore. Loués soient les portails asuras et leur système de voyage si sophistiqué. Le gardien n'y comprenait absolument rien, et ne ressentait pas le besoin d'en savoir plus que le fait qu'ils fonctionnaient. La jeune femme brisa le silence paisible de la pièce en lui demandant s'ils étaient bien ici. Keylan se contenta d’acquiescer d'un mouvement d'épaule. Ici ou ailleurs, il trouverait toujours à se sentir plus ou moins bien. Ou pas, d'ailleurs. La rôdeuse tendit alors sa jambe, l'eau ruisselant sur la peau pâle et lisse, pour venir imposer sa plante de pied au visage de son amant. La soulager ? En lui massant les pieds ? Il n'était pas un esclave, il ne l'était plus. Et puis quoi encore ? Une hydromel bien tiède et une tranche de Dolyack séchée au passage ?

Il tendit sa main, et d'une poigne de fer agrippa la cheville de la jeune femme qu'il tira à lui en la faisant glisser sous l'eau. Un rire franc lui échappa, et en vue du nombre de ses conquêtes, la demoiselle en ressortirait soit d'humeur joueuse, soit folle de rage et ne manquerait pas de lui faire payer son geste. Intervenir avant que sa paix ne soit brisée. Alors qu'elle ressortait la tête de l'eau, il se pencha pour la saisir au niveau des reins et l'attirer à lui. De manière à ce que la dame se retrouve à califourchon au dessus de lui. Il rapprocha son visage du sien, son sourire provocateur encore bien marqué.

" Je connais bien des manières plus agréables de détendre ma dame... Mais j'aurais si peur de l'épuiser avant les épreuves qui l'attende. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryanne Dhrën
DISCIPLE BLANC
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 10/09/2015

Feuille de personnage
Disponibilités: Chef ! Oui Chef !
Personnage Principal:

MessageSujet: Re: La grande traque   Mer 16 Sep - 19:22

La cheville fut douloureusement agrippée et tirée. Avant même d'avoir put bouger, Aryanne se retrouva sous l'eau mais bien vite elle retrouva le chemin de la surface, toussant et crachant de l'eau alors que sa sombre cheveulure cachait son visage. Le sale petit goujat avait osé ! Alors qu'elle leva les mains, écartant le rideau de cheveux qui lui cachait la vue, la jeune femme fut soudainement saisit par les hanches et comme si elle pesait rien, se retrouva à califourchon sur son mentor et amant.IL croyait sérieusement pouvoir s'en tirer ainsi... ?

Slaaaaaaaap !

Ce bruit fut celui d'une gifle coller sans aucune douceur La main d 'Aryanne venait de s'abattre violemment sur sa joue de Keylan qui, avouons le, ne l'avait pas volé. La rôdeur profita de la seconde de confusion pour plonger sa main dans l'eau et agripper encore plus brutalement les parties génitales du gardien, les serrant sur fort que même ses ongles s'enfoncèrent dans sa peau. Étrangement, là elle se sentait tout de suite beaucoup mieux, plus détendu, comme il l'avait si bien souligné. A bien réfléchir, Keylan risquait, sur la longue, une femme qui s'exprimait par des mots plutôt que des gestes Aryanne était loin d'être aussi douce qu'elle le laissait paraître. Se levant, elle le domina de toute sa nudité puis enjamba la baignoire et sortit, un léger sourire aux lèvres. Le temps qu'il se remette le pauvre... S'enroulant dans une serviette géante faite pour les norns, la petite brunette fila jusqu'à la fenêtre et observa à l'extérieur son drake immobile et langue tendue. Il cherchait à attraper la neige... Cette créature niaise à l'air bovin semblait apprécier le décor en tout cas. Jean-luis quand à lui, était dans un coin, agitant les ailes. Bien, tout semblait calme dans les parages. Pivotant, Aryanne revint près de la baignoire, attrapa Keylan par les cheveux et bascula sa tête en arrière pour venir poser ses lèvres dans un baiser langoureux puis elle esquissa un sourire et articula.

« Tu ne mérite pas l'intérêt que je te porte, Keylan... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keylan Redthorns
BOURREAU DE GRENTH
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 31/03/2015

Feuille de personnage
Disponibilités: Chef ! Oui Chef !
Personnage Principal: Pappry - Lvl 80 - Voleuse Asura

MessageSujet: Re: La grande traque   Mer 16 Sep - 20:06

La main de la jeune femme vint abattre comme la foudre sur sa joue dans un claquement sec que l'humidité de la pièce ne rendit que plus douloureuse. Le gardien resta une seconde surpris, avant de sentir en lui gronder la bête qui s'était tapis aux tréfonds de son être, cette voix, elle grondait de nouveau, lui ordonnant la vengeance. Pas la directe, l'ignoble et détournée, celle qui marquait les âmes plutôt que le corps, lui offrant jusqu'à la vision de milles et une tortures à infliger à sa compagne du moment. Non satisfaite de sa vengeance, elle vint s'emparer de ses bijoux de famille d'une poigne de fer. Luttant contre la douleur et l'impulsion de ce qui le possédait, Keylan agrippa le rebord du baquet. Sous ses doigts à la peau usée, le bois semblait craquer alors que ses dents se serraient à s'en briser la mâchoire. Son humanité hurlait à la jeune femme de cesser cela, et surtout de s'en aller, loin, hors de sa vue. Le monstre lui tentait de faire changer la griffe de place. Qu'elle passe du bois à la gorge de sa victime. Qu'elle retourne sous cette flotte pour y rester cette fois-ci, prenant le parie de ce qui la tuerait en premier, la noyade, ou le broyage des cervicales à petit feu. Elle se débattrait sûrement, elle grifferait, cognerait. Ce serait si amusant, cette image, le monstre s'en délectait, l'humanité s'en horrifiait. Il ne prêta plus attention à elle durant ses simagrée à l’extérieur du bain. Seul la lutte contre lui même l'importait. Pas ici, pas maintenant. Pourquoi son maître l'avait-il fait si pendant à la tuerie. Grenth était un maître sombre, une entité de chaos et de mort qui ne se délectait que de peurs et d'agonies. Keylan pensait avoir trouvé un rayon de soleil dans ses ténèbres, mais à l'instant il venait de douter de sa compétence à juger les autres... Encore une fois. Un craquement se fit entendre, et alors que la pression dans ses paumes ne diminuaient pas d'un pouces, ses yeux se posèrent sur sa main droite. Le bois avait cédé, et non content de cela avait emporté deux phalanges avec lui. Sans compter les échardes douloureuses qui s'étaient logées dans ses paumes.

Ça n'allait pas. Çà n'irait pas. Il commença à percevoir les fumerolles d'ombres suinter des pores de sa peau quand il se redressa vivement. Un défouloir, il lui fallait une victime. Quelque chose pour apaiser le monstre, et s'il restait, ce serait elle. Malgré sa main en vrac, il empoigna ses affaires et les enfila, encore trempé. Son lourd espadon sur l'épaule, il n'adressa pas un mot, pas un regard à la rôdeuse avant de sortir du logis en bousculant de l'épaule la lourde double porte. S'éloignant d'Hoelbrak, l'air mauvaise, la mine patibulaire, il descendit la longue route enneigée menant au festibière. Contournant la zone de fête, il s'engouffra dans l'épaisse forêt de conifères qui bordait la cité Norn. Ce n'était presque plus tenable, il suffoquait. En cage le monstre s’excitait et réclamait son due, le sang et encore le sang. Des vies pour son maître. La dernière chose qu'il vit, c'était un campement devant une grotte peu profonde. Et une statue de glace représentant une sorte de dragon. Des Svanir pensa t'il. Ses yeux se fermèrent une dernière fois, comme dans un ultime battement de cœur, et le monstre ricana. Enveloppant le corps de son haute d'une épaisse brume noire opaque. Un sourire difforme et étiré au possible imprimé sur le visage, de grands yeux démesurés brillants d'une lueurs verdâtre, le bourreau ne s'appartenait de nouveau plus. Ces fous en guenilles apprendraient que ce monde a engendré pire engeance que les dragons.

Quelques minutes, quelques heures. Il ignorait combien de temps il avait passé ici. Autour de lui, la vie s'était tue. Ni Svanir, ni animaux. Un silence glacial coupé par le sifflement de la bise sur la falaise. Keylan était agenouillé sur le pas de la grotte. Une flèche taille Norn plantée dans le genoux, quelques nouvelles entailles. En tentant de se relever, il senti que son épaule devait être démise également. Son regard se posa sur l'imposante masse que tenait encore l'un des corps sans vie autour de lui. Foutus chiens du dragons... S'aidant de son espadon comme d'un bâton de vieillesse, il boita jusqu'au lieu du festival. Sa haine s'était apaisée, et le monstre semblait repu. Il savait qu'il retrouverait Aryanne là bas... C'était la ligne de départ de la grande traque. Si elle ne s'y trouvait pas déjà, elle l'y retrouverait. L'humain se laissa lourdement tomber sur l'un des tonneaux autour d'une table, couvert de sang, et pas forcément le sien. Aux regards inquisiteurs, il répondit d'une voix laconique. "Svanirs..." Avant d'empoigner une énorme choppe et de la descendre d'une traite. Ses compagnons de fortune semblèrent s'échanger quelques regards avant de finalement accorder leur approbation au gardien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryanne Dhrën
DISCIPLE BLANC
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 10/09/2015

Feuille de personnage
Disponibilités: Chef ! Oui Chef !
Personnage Principal:

MessageSujet: Re: La grande traque   Mer 16 Sep - 20:41

Sa réaction fut incroyablement gênante. Prise d'une vague de culpabilité, Aryanne s'en voulu aussitôt d'avoir réagit de façon extrême. Mais elle réalisa, il était déjà trop tard, Keylan avait quitté la demeure. Immobile prête de la baignoire, la jeune femme observait la porte d'entrée, comme si elle espérait le voir revenir mais au bout de quelques minutes, elle se contenta de baisser les yeux alors que le silence qui régnait dans la pièce, fut le plus lourd qu'elle avait connu depuis longtemps. Et elle attendit... Des minutes, des heures... Jusqu'à ce que le sommeil ne la gagne et que la rôdeuse finisse par plongé dans un long sommeil.

Finalement, elle avait passé la nuit seule, et bien que la demeure norn était i croyable chaleureuse, le lit disproportionné lui avait semblé glacé...Comme si l'ombre de Grenth la guettait, accusateur du geste qu'elle avait eu envers son enfant, son bourreau. A l'aube, Aryanne s'était préparé, avait manger et quitté la maison d'un pas lourd. Elle qui pourtant attendait cet événement, se retrouvait brutalement comme traîner sur son sillage un boulet accroché à la cheville. Il ne fallut pas longtemps à Arhold pour rejoindre sa maîtresse, marchand sur ses pas. La grande traque fut rapidement en vue une fois sortit de Hoelbrak, l'ambiance était de mise mais malré tout, Aryanne ne se sentait pas joyeuse outre mesure.

Lorsque les festivités furent lancé, elle s'enfonça sur les terres norns à la recherche d'une proie digne de ce nom. Sans doute trop gourmande, c'est vers le minotaure qu'elle se dirigea. Les flèches fusèrent, l'aide de son compagnon à écaille fut le bienvenue malheureusement elle ne put éviter un coup de corne mal placé qui entailla son bras. Oh rien de grave, elle n'en mourrait pas ça c'était sûr, mais la plaie saignait et était surtout très douloureuse. Ce fut finalement une dernière flèche dans le flanc de la bête qui la fit lâcher son dernier souffle alors qu'elle s'écroula dans un nuage de poussière.

Ce n'est que plus tard, après d'autre victime animale que la rôdeuse revint. Des norns s'étaient chargé de ramener le corps des bêtes. Pourtant quand elle revint au camp de la grande traque, l'humaine se figea en voyant son compagnon au loin, avachis sur un tonneau à boire comme un mort de soif. Et son corps... La culpabilisé redoubla d'intensité et Aryanne s'approcha vivement de lui. Qu'avait-il fait cet idiot pour se mettre dans un état pareil ? Face à lui, elle le fixa avant de se laisser tomber à genoux, le suppliant du regard. IL avait raison d'être en colère, mais elle ne cautionner pas le fait qu'il se mette ainsi en danger. Finalement c'était elle qui ne méritait pas son attention... Le regard larmoyant, la rôdeuse déglutit avant d'attraper son ami et de le serrer dans ses bras, laissant ses larmes couler. Oui c'était un idiot, un foutu idiot... Mai c'était son idiot à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keylan Redthorns
BOURREAU DE GRENTH
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 31/03/2015

Feuille de personnage
Disponibilités: Chef ! Oui Chef !
Personnage Principal: Pappry - Lvl 80 - Voleuse Asura

MessageSujet: Re: La grande traque   Mer 16 Sep - 21:21

Ils allaient entamer un nouveau récital de chansons paillardes Norns quand l'euphorie de l'instant rencontra de nouveau le regard d'Aryanne. Sur le coup, la mine du gardien s’assombrit et son regard se détourna d'elle au profit de sa choppe. Petit à petit, la vigueur que lui conférait Grenth par son linceul d'ombre et de colère s'évanouissait, laissant place à la souffrance et l'épuisement. Dans cet état là, il était physiquement capable de déplacer des montagnes, mais se retrouvait avec les muscles endoloris pendant des jours entiers, il lui était même arrivé une fois d'avoir de nombreuses lésions tant l'effort fournis avait été supérieur à ses capacités physique. Le monstre était une puissance indomptable, au delà de la compréhension humaine, mais elle était aussi le couperet qui menaçait les jours de son porteur. La rôdeuse tomba à genoux, suppliante. Elle regrettait son geste, c'était déjà ça. Loin de son esprit malade l'envie de la voir culpabiliser, elle était sauve et sa rage ne s'était pas abattue sur elle. C'était tout ce qui importait le gardien dans l'instant. C'était une crevure, il n'y avait pas de place dans le coeur d'une crevure pour des sentiments, de la compassion. S'imaginer le contraire était stupide, et après lui avoir tendue la main comme il l'avait fait, se faire martyriser de la sorte était trop. Pourtant, il espérait voir la présence de la jeune femme comme lui étant bénéfique. Aryanne finie par lui "bondir" dessus, larmoyante. Elle l'étreint d'une manière qui surpris le gardien noir. De nombreuses femmes l'avaient supplié de la sorte. Pour qu'il revienne, pour tout un tas de choses. Mais celle-ci était différente. Elle avait l'amertume du pardon, le goût âpre du regret. Aurait-elle eu du mal à supporter son absence ? S'en voudrait elle réellement de ce qui s'était passé ? Dans un profond soupire d'incompréhension et de lassitude, Keylan glissa atour de la taille de la jeune femme son seul bras de valide, l'attirant à lui. Il grogna un court instant quand elle se retrouva assise sur ses cuisses, son genou encore douloureux. "Tu mériterais que je m'en aille sans me retourner, me débrouillant pour te refiler telle une corvée à un autre pingre de la guilde..."

Il marqua une courte pause avant de glisser son indexe valide entre la lanière de cuir et le flan droit de sa gorge sans même frôler sa cicatrice, attirant son visage avec force au plus près du sien."Et pourtant je suis encore là... Tu m'as rendu très con Phénomène." Retirant son doigt de là, au profit de la nuque de la jeune femme, il pressa ses lèvres contre les siennes comme il n'avait jamais embrassé quiconque. Certes, elle risquait d'avoir un goût d'hémoglobine très Svanir en bouche, mais dans le fond, Keylan s'en fichait éperdument.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryanne Dhrën
DISCIPLE BLANC
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 10/09/2015

Feuille de personnage
Disponibilités: Chef ! Oui Chef !
Personnage Principal:

MessageSujet: Re: La grande traque   Mer 16 Sep - 21:45

Jamais le pardon n'avait eu un goût si délicieux.
Malgré son état pitoyable qui en aurait fait tourner de l'oeil plus d'un, Keylan se montrait fort, aussi bien physiquement que mentalement. Étrangement, Aryanne ne put s'empêcher de penser à la guilde et cette façon qu'ils avaient, de son point de vue, de le sous estimer. Ce Garkan, avait-il déjà vu une fois cette force dont faisait preuve son disciple ? Lui courir après pour le punir était une chose, mais voyait-il plus loin ? Voyait-il ce qui était bon en lui ? Avait-il au moins fait cet effort ? Mais le petit Kyle en revanche, avait laisser planer comme un élan d'inquiétude en lui demandant à elle de veiller sur Keylan, comme si au fond, l'asura, malgré son assurance et sa position, pouvait s'inquiéter pour l'humain. Tout cela la laissait perplexe.

Quand elle fut soulevé pour être assise sur les cuisses de son amant, Aryanne renifla doucement, ajustant sa prise sur lui. Hors de question de le lâcher, elle refusait... Enfouissant son visage contre sa gorge tâché de sang et de crasse, elle huma son odeur longuement, s'en imprégnant. Qu'est-ce lui prenait au juste ? Elle qui pourtant ne s'attachait à personne si ce n'est ses animaux... Le gardien avait cet effet... Il savait l'énerver mais aussi l'apaiser. Lorsqu'elle recula le visage pour le fixer, la rôdeuse offrit un visage pâlichon, un peu bouffit et des yeux rouge et humide. Pleurer ne lui allait pas, elle état vilaine ainsi... Pourtant, elle continua de le fixer, toujours avec une lueur de supplice dans le regard, il ignorait à quel point elle avait été inquiète, à quel point elle s'en voulait... Et le voir dans cet état la rendait malade d'inquiétude. Elle ne broncha même pas quand son doigts crocheta le cuir de son collier et lorsque les lèvres de Keylan heurtèrent les sienne avec cette passion dont il avait le secret, Aryanne y répondit vivement, l'enlaçant plus étroitement.

Phénomène ? Oh ça oui, c'était le moins que l'on puisse dire. Prolongeant le baiser, Aryanne fini par glisser ses lèvres sur sa joue, sa mâchoire, elle embrassa sa peau avec envie, déposant une myriade de baiser là où elle le pouvait alors que ses mains glissait sur le visage de son amant. C'était bon de le sentir, de le toucher, de sentir ses bras autour d'elle. Elle aimait tout chez lui, même son sale caractère et ses sous-entendus vaseux. Il lui fallu quelques secondes pour avoir le courage de s'éloigner de lui. Aryanne se leva doucement, tentant de soulager Keylan d'une éventuelle douleur puis elle fila vers les norns qui apportait le cadavre de son minotaure puis ouvrant la gueule de la bête et prit quelques seconde pour arracher un des crocs. Un léger sourire aux lèvres, Aryanne glissa la dent dans sa besace puis revint vers son ami, l'aidant à se lever et articula.

« Viens, on va à la maison je vais soigner tes plaies... »


Ilsprirent leur temps, surtout vu l'état du gardien. Mais une fois de retour à la résidence, elle ne lui laissa pas le choix que de se déshabiller et de venir tremper dans un bain chaud alors que elle, à l'extérieure de la baignoire, frottait tendrement sa peau avec une éponge pour le nettoyer. Doucement elle la fit plisser sur son épaule avant d'y déposer un baiser puis remonter jusqu'à sa gorge. Alors que sa main de libre se glissait sur son torse, caressant sa peau avec douceur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keylan Redthorns
BOURREAU DE GRENTH
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 31/03/2015

Feuille de personnage
Disponibilités: Chef ! Oui Chef !
Personnage Principal: Pappry - Lvl 80 - Voleuse Asura

MessageSujet: Re: La grande traque   Jeu 17 Sep - 3:48

Sa présence se faisait agréable. Trop à son goût. Le gardien n'était pas habitué à l'attachement, ni de sa part, ni de la part d'autrui. Il était une ordure, et les ordures n’intéressent que les Skritt, en estimant que l'ordure en question brille un peu. Qu'est-ce qu'elle lui trouvait ? Par Grenth, qu'est-ce que cette femme avait-elle pu voir en lui, entre or et ivoire qui lui vaille pareil sentiment ? Il était misogyne, il rependait la mort autour de lui comme un fléau, une épidémie. Comment une souillure comme lui avait pu imprégner un cœur de la sorte ?

Cela le dépassait. La plupart du temps, c'était son physique plutôt avantageux et son attitude qui lui valait de plaire. Mais toujours des aventures, jamais il n'avait passé plus d'une journée en présence de la même femme. Et jamais cette dernière ne lui montrait pareille affection. Bien souvent, il s'agissait de femmes mariées, trop peu épanouies dans le couple. Les aléas des mariages politiques Krytiens. La position de la reine était si instable que beaucoup de ses ministres se trouvaient à jouer de ce genre de stratagème pour gagner en pouvoir. L'affection pleuvait sur son visage boueux, sans qu'il ne sache réellement comment réagir. Il la laissa se lever quérir son trophée bien mérité, le regard vide. Alors que l'un de ses confrères norns lui offrait une tape dans le dos qui le fit grincer. Ces bourrus ne maîtrisaient pas leur force, ou alors ils étaient trop stupides pour se rendre compte qu'il était blessé et que ce genre d'accolade virile n'était pas la bienvenue. Quand Aryanne le retrouva, ce fut pour lui proposer de panser ses blessures, ce qu'il acquiesça d'un hochement de tête.

Il eu du mal à se glisser dans l'eau chaude du baquet à nouveau. Entre ses plaies et le reste. Ses yeux posés sur le rebord de bois qu'il avait brisé quelques heures plus tôt, il sombra de nouveaux dans ses songes. Il avait évoqué la rôdeuse comme une lumière dans ses ténèbres. Il commençait à comprendre pourquoi cet amalgame, bien malgré lui. Elle était une aube se levant sur la nuit de sa vie. Comme le chant de ralliement de la guilde qu'il avait rejoins, contrains et forcé. Pourtant, son cœur saisissait en ce jour mieux que quiconque le message de cette dernière. "Les ténèbres s'étendent et l'espoir s'évanouit. Apaise ton cœur, l'aurore viendra La nuit est longue et la route sombre, Lève les yeux au ciel car, bientôt l'aube viendra." Sous les douces caresses de son amante, le gardien se laissa aller à se détendre. Laissant sa tête glisser vers l'arrière, trouvant refuge de l'épaule de la jeune femme. Il fredonnait. Ce chant que la rôdeuse n'avait encore jamais eu l'occasion d'entendre.

Ce message d'espoir, promesse de renouveau. "... Le berger s'est égaré loin de chez lui. Ne te détourne pas des étoiles, l'aurore viendra. La nuit est longue et la route sombre. Lève les yeux au ciel car, bientôt, L'aube viendra..." avait t-il chanté en brisant le silence de la pièce dans laquelle ils se trouvaient à nouveau. Elle était une aube, oui. Elle était son aube, même s'il ne l'admettrait pas. Pour user de mots quand les gestes et les regards parlaient d'eux mêmes. Il glissa sa seule main valide dans les cheveux de la brunette, l'obligeant à pivoter de nouveau vers lui. Dans ce regard que l’innocence avait quitté depuis bien longtemps, où seule la haine trouvait encore son du. Une étincelle avait vue le jour, et elle n'était pas de folie cette fois-ci, non. Il vint de nouveau chercher le contact de ses lèvres. Avec douceur cette fois. Profitant de l'instant. Ce n'est qu'au bout de quelques minutes d'échanges tendres et empreints d'une passion timide, qu'il relâcha son étreinte. Le regard plongé dans le sien. " Je crois que tu mérites quelques explications..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryanne Dhrën
DISCIPLE BLANC
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 10/09/2015

Feuille de personnage
Disponibilités: Chef ! Oui Chef !
Personnage Principal:

MessageSujet: Re: La grande traque   Jeu 17 Sep - 11:30

Ils ne se connaissaient que depuis deux jours et pourtant, Aryanne pouvait jurer n'avait jamais été si proche de quelqu'un, surtout en un si court laps de temps. Dans la chaleur de la demeure norn, la jeune femme l'enlaçait, paisible. Le simple fait de l'amour entre ses bras était suffisant à faire son bonheur et son coeur ne se laissait pas de la sensation qui 'étreignait. A cet instant il n'y avait plus que de la douceur, rien d'autre. Quand les lèvres de Keylan vinrent jusqu'au sienne avec une tendresse nouvelle, la rôdeuse y répondit par de lent et doux baiser. Comme elle adorait qu'il fasse cela... Elle se sentait sereine, protégé... aimé. Pour lui, elle aurait fait n'importe n'importe quoi.

La voix de Keylan s'éleva, différemment. Il n'y avait plus d'ironie, pus de froideur et tout comme son regard sa bouche libérait cette émotion étrange. Aryanne le sentait, plus fort que jamais, ce petit quelque chose de différent. Elle en était sûr à présent, Keylan n'était pas juste cet idiot que tout le monde croyait, c'était un homme affecté émotionnellement par quelque chose... Mais quoi ? Là était toute la question... Qu'est-ce qui pouvait faire tant de mal à un homme au caractère si fort ? Aryanne garda les yeux baissés, menton reposant sur l'épaule de son amant alors que sa main allait et venait sur son torse, caressant sa toison brune. Un élan d'adoration la traversa, de tendresse infini... Elle avait ce besoin de l'étreindre, elle aurait voulu le rassurer, e soulager de son fardeau bien qu'elle doutait que cela serait probablement impossible. Tout ce qu'elle pouvait lui donner c'était sa présence,d e la tendresse et lui prêter une oreille attentive.

Alors quand Keylan lâcha vouloir parler, justifier ce chant, la rôdeuse releva le visage et le fixa un instant. Sa main mouillée glissa jusqu'à son visage, caressant sa joue puis dans un souffle, alors que le silence continuait de régner, elle articula simplement.

« Et je serais là pour t'écouter, aussi longtemps que tu en éprouveras le besoin. Parles... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keylan Redthorns
BOURREAU DE GRENTH
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 31/03/2015

Feuille de personnage
Disponibilités: Chef ! Oui Chef !
Personnage Principal: Pappry - Lvl 80 - Voleuse Asura

MessageSujet: Re: La grande traque   Jeu 17 Sep - 13:47

Keylan sembla s'enfouir au plus profond de son être quand sa voix s'éleva de nouveau. Il briserait sûrement l'intimité qui les liait à cet instant, mais il était nécessaire que la jeune femme comprenne l'essence du danger auquel elle s'exposait. En restant près de lui, en s'attachant à sa médiocre personne. La mine sombre, il entama son récit. " A l'origine je n'étais rien, aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours été un sale petit sac à foutre qui errait dans les montagnes des Cimefroides. Au milieu des Svanirs, des Norns... Je ne suis pas "réellement" Ascalonien... D'adoption uniquement. Quand les Charrs, les humains, tous, exile l'un des leurs, ce dernier n'a pas beaucoup de choix s'offrant à lui. Il trouver refuge à l'arche du lion, s'engager sur un navire pirate... Où se retrouver là où moi j'ai vue le jour." Il marqua une pause, histoire de laisser à la jeune femme le temps d'assimiler les informations qu'il lui servait. Petit à petit. Car encore une fois, on lui couperait les couilles pour parler de cela à une étrangère. "Au plus profond de la corruption du dragon Jormag, se trouve un peuple, si on peut nous qualifier ainsi. A une époque, ils nous nommaient les Dökkalfars. Ou Alfars tout court. Cela venait du fait qu'avec la proximité du dragon et de sa corruption, certains d'entre nous se voyait changer. Oreilles plus longues, teint plus sombre, le froid ne les touchait plus, instinct de traque et de mort exacerbé. Pour te donner une idée, même les Svanirs nous évitent. Et ils ont raison.. Car fut un temps, ils étaient les proies favorites des miens. Pillage, massacre, de véritables chiens de guerre."

Il se souvenait. Ses jeunes années, les hurlements des bêtes dehors durant les nuits interminables et glaciales. Dans le fond, être une saloperie... Il avait ça dans le sang. Il fini par reprendre son récit. " Keylan est le nom que j'ai porté en Ascalon, mais en ces terres, je suis né "Yorick", celui qui n'est ami avec personne, l'ami du jamais. C'est ce que ce nom signifie. " Il sembla omettre certains faits volontairement, passant à l'étape suivante de sa vie à la hâte, bâclant le chapitre de son enfance au passage adulte. Il semblait être près à se livrer à elle, mais suffisamment pour lui parler de l'esclavage, et des autres tourments de son passé qui ont fait de lui l'être morose qu'il était devenu. "Je suis devenu Keylan en affrontant les séparatistes au sein de la garde d'Ebon. Il était important que... Fasse partie du décors. Et mon teint basané d'homme de l'est me le permettait. Le RougeRonce est venu bien après, quand j'ai décidé de me joindre aux veilleurs. Il y avait cette cours des cauchemars, et j'avais mis la main sur l'une de leurs armes, un fouet de ronces. Je l'ai gardé un bon moment comme trophée. Un jour, je me suis retrouvé désarmé face à l'ennemi, et je me suis souvenu de mon trophée. La ronce était couverte de sang, mais ma vie était sauve. C'est comme ça que j'ai hérité de ce nom." Son discours semblait décousue, incomplet. Plus parce qu'il semblait ne pas se souvenir de tout. Sa mine s’assombrit subitement, comme si le pire restait à venir. "Puis il y a eu la fondation du Pacte, sous les ordres de cette foutue plante en pot, et les premières escouades envoyées à Orr..."

Keylan semblait à peine refouler son trop plein d'amertume. Les yeux rivés sur les reflets boueux et sanglants de l'eau de son bain. " Aucun d'entre nous n'était réellement près pour ça. Nous nous sommes retrouvé au cœur de l'île, en prise avec les morts-vivants... Nous tombions les uns après les autres. Sans aucun moyen de retraiter. Je me suis réfugié dans le temple de Grenth, avec deux autres types. Je sais pas combien de temps nous restez là dedans, à affronter encore et encore, inlassablement les mêmes créatures. Sans jamais voir un seul rayon de soleil, nous n'avions rien à part notre Foi, et nos dieux muets. J'étais le dernier, je ne savais plus si j'étais vivant ou mort, si je luttais contre la corruption du dragon ou si j'étais déjà un esclave de son armé. Et je l'ai vue, ce faucheur, ce spectre. Je ne me souviens plus précisément de ses mots, je pensais avoir sombré totalement dans la folie et l'halluciner. Mais il m'a proposé un marché. Je servais son maître, et en son nom j’exécuterais sa sentence. En échange de ma vie sauve."

Il dégluti avec difficulté. " Le prix que j'ai payé était beaucoup plus important que cela. Mon être, mon âme et mon esprit ne m'appartenaient plus... Je n'étais plus qu'un pantin entre les mains du père des morts. Aussi, j'ai croisé la route de cette infâme sous merde de Valhastar, et il a vue en moi la possibilité de gagner en puissance. En plus d'être la justice aveugle et enragée de mon maître, je devenais le mâtin de guerre d'un nécromant. Et par ce biais... Entrait au sein de la guilde de l'aube..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aryanne Dhrën
DISCIPLE BLANC
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 10/09/2015

Feuille de personnage
Disponibilités: Chef ! Oui Chef !
Personnage Principal:

MessageSujet: Re: La grande traque   Jeu 17 Sep - 22:03

Les mots qui glissent hors de sa bouche sont des souvenirs perdus à travers le temps. Elle ne comprend pas, elle entend, écoute... Mais ne comprend pas tout. Comme s'il oubliait des choses, des détails infimes... Ou plus important. Il semble vouloir se confier et en même temps comme retenue par quelque chose. Malgré cela, elle l'écoute jusqu'à la fin, laissant ses doigts faire des vas et viens sur sa peau. Parler semblait lui faire plus de mal que de bien et Aryanne préférait qu'il se taise plutôt que de sentir cette amertume dans sa voix. Quand ses dernières paroles furent lâchée, la jeune femme soupira et fit pivoter le visage de son amant pour l'embrasser à nouveau. Comme si ce contacte pouvait le soulager... Elle savait pourtant que non, mais elle le fit tout de même, lui rendait la douceur dont il avait fait preuve juste avant.

« Si parler te fait du mal, alors ne dit rien... reste juste avec moi, dans mes bras... »


Elle plongea son regard dans le sien, soutenant ces incroyable prunelles d'un vert étonnant. Aryanne l'adorait tant... Comment était-ce possible de développer une telle adoration, une telle passion, pour quelqu'un en si peu de temps ? Saisissant la main de son amant, la rôdeuse la guida jusqu'à sa gorge puis sur sa nuque. Elle ne quittait pas ses yeux, le cœur battant elle articula simplement.

« Fais le... Si quelqu'un doit le faire, je veux que ce soit toi... »

Elle le voulait, au plus profond d'elle-même. Aryanne lui donnait le droit de dénouer cette lanière de cuir qui cachait sa gorge élégamment. Relâchant sa main, la jolie brunette saisit ses cheveux et les releva, laissant à Keylan le champ libre pour venir dénouer le laçage. C'était sans doute le plus grand signe de confiance qu'elle pouvait offrir à quelqu'un... Et il était le seul depuis très longtemps à en bénéficier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La grande traque   

Revenir en haut Aller en bas
 
La grande traque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [CDA] La grande compagnie de Kjarl Sang Farouche
» Grande bannière
» création d'une grande bannière saurus
» Se débarrasser d'une grande quantité de cartes
» La Grande Gueule

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Chaîne des Cimefroides :: Hoelbrack-
Sauter vers: