AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 A l'abri des regards

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Meliwayn

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/03/2016

MessageSujet: A l'abri des regards   Ven 25 Mar - 21:38

La vue était belle, mais rien ne valait la présence de Daeron. Le baiser échangé avait un goût suave mais ce fut surtout la passion et ardeur dont fit preuve son ami qui ébranla le plus la sylvari. Le souffle difficile, elle fixait Daeron perplexe. Ce n'était pas le baiser qui la faisait se questionner mais plus cette notion de reproduction. Lui montrer ? Qu'il fasse, elle n'avait jamais refuser quoi que ce soit venant de lui et ne le ferait probablement jamais.

« Dae'... ? Ne te sent pas obligé de faire quelque chose que tu ne veux pas... »


Elle ne pouvait s'empêcher de penser à Ciera. Daeron l'avait dit, il n'avait jamais partager quelque chose si fort qu'avec cette pousse... Malheureusement l'ombre de Ciera planait au dessus de Meliwayn, comme une sensation d'inconfort. Elle ne voulait pas être juste un faire valoir, si Daeron voulait partager quelque chose avec elle, il devait le vouloir vraiment.

« Ne te sent vraiment pas obligé... Je ne veux pas que.... Je ne sais pas comment exprimer cela... »

L'angoisse de n'être que l'autre compagne, celle qu'il n'aurait pas choisit si Ciera avait été vivante. Celle sur qui il n'aurait jamais posé les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daeron Elrhos
VOIX DES OMBRES
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 13/06/2015

Feuille de personnage
Disponibilités: Chef ! Oui Chef !
Personnage Principal:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards   Ven 25 Mar - 23:27

L'arche du lion entrait dans ses heures festives, celles des nuits battues par l'air marin, celles des effluves du Nid de corbeau et de ces autres tavernes dans lesquelles se réfugiaient marins et âmes vagabondes pour y laisser un peu de leur nuit. Ils n'étaient pas fait de chaire et de sang, mais de feuilles et de sève. Pourtant cela n'empêchait nullement ces deux cœurs de battre à l'unisson, rythmé par le roulement mécanique du moulin à vent au dessus de leur tête. La brise marine qui accompagnait leur étreinte, emplissait les poumons du sylvari d'un goût salé. Pour une fois, dans ses bras et sur le toit de cette tour, l'une des plus hautes de l'arche, l'enfant de Mordremoth se sentait libre et en vie. Mais quel mérite pouvait-il en recevoir, en tirer ? Lui pouvait palper la chaire et le sang, lui pouvait humer ces odeurs, ses yeux voyaient le monde. Ce n'était pas le cas de tout ses frères, ses sœurs. Si tant est qu'ils pouvaient réellement l'être. Ils n'étaient pas nés de la même mère, de cet arbre clair dont le savoir immense n'avait sur répondre à la question de leur existence. La sienne, mais aussi celle de Malick. Tout deux s'étaient éveillés en Tyrie sans rien savoir de leurs origines, le rêve leur était même inconnu jusqu'à leur tout premier passage au Bosquet. Daeron observa la jeune pousse prise de doute et de questions en silence, posant sur sa personne un regard sans faille et animé d'une émotion étrange. A mis chemin entre l'émois adolescent et la souffrance d'une coeur en peine.

« En ais-je l'air ? »

L'ombre de Sierra planait sur ses jours et ses nuits. Elle le ferait toujours et probablement à jamais, comme la perte d'une mère, d'une amie, d'une amante qu'on ne peut effacer. Son nom tatoué à l'encre noir de ses larmes sur l'écorce de sa peau ébréchée, son image, comme un requiem pour son âme. Quand l'arbre clair l'envoya dans le rêve en quête de réponses, Daeron ne pensait pas y trouver une personne comme Meliwayn. Piégée de ses propres tourments, oscillant entre rêve et cauchemar. Quand il aida la jeune pousse à percer le voile, l'arbre clair lui avait dit que les choses n'arrivaient jamais par hasard. Curieux de ce destin tout tracé, il avait veillé sur la sylvari au point de s'y attacher.

« Si cela te fait peur, il n'est pas trop tard pour me le dire. Je ne t'en voudrais pas. C'est une histoire, une aventure que l'on se doit de partager à deux, je ne peux faire le chemin seul, et t'y forcer est une idée à proscrire. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meliwayn

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/03/2016

MessageSujet: Re: A l'abri des regards   Ven 25 Mar - 23:47

Pour elle, le rêve avait été un cauchemar. Pire encore avec la gangrène qui circulait à l'intérieur et mettait en danger les jeunes pousses. Trois années d'intense solitude, de peur et de douleur jusqu'à ce que le visage de Dearon apparaisse. Il fut sa première lueur d'espoir à travers l'azure qui se frayait un chemin sur son corps noueux. Il fut de toute beauté, de corps et d'esprit, quand il lui était apparut. Elle se souvenait encore de cette main qui avait prit la sienne, ce regard tendre et compatissant alors qu'elle gisait à travers les ronces du rêve. Il l'avait libérer de sa prison, soulager de sa douleur, il était juste en retour de lui offrir la paix, de soulager son âme et de l'aimer de tout son être.

« Ce n'est pas ça qui me fait peur... Ce qui m’effraie c'est de ne pas te suffire. »

La sylvari libéra un soupir, caressant la joue de son ami avant de venir l'embrasser à nouveau. Il était son seul repère dans ce monde et jusqu'à ce jour, la seul personne quel elle était attaché. Malgré son étonnante gentillesse et sa patience, Meliwayn était une grande solitaire et avait bien du mal à se mêler aux autres. Son esprit était chaotique, coincé entre rêve et cauchemar et même le bosquet qui était pourtant sa maison, lui semblait un monde duquel elle ne faisait pas partit. C'était sans doute pour cela que son esprit se raccrochait si durement au rêve. Dans un nouveau soupir, la sylvari tira un peu plus Daeron contre elle, cherchant le contact de son corps, prolongeant le baiser à la recherche de cette passion ressentit juste avant. Encore, toujours plus... Jusqu'à ce que le l'air lui manque.

« Aimes moi... »

Le suppliât-elle d'une voix brisée. Elle ne désirait que cela, peut importe la façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daeron Elrhos
VOIX DES OMBRES
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 13/06/2015

Feuille de personnage
Disponibilités: Chef ! Oui Chef !
Personnage Principal:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards   Sam 26 Mar - 0:31

« Aimes moi... »

Le sylvari fut parcouru d'un frisson en percevant la détresse de la jeune pousse dans sa voix. Il fut un jour qui lui paraissait avoir existé dans une autre vie tant il était lointain, où il avait supplié de la même manière.  « Tout ce que je désire, c'est que tu m'aimes autant que la nuit aime le jour. Autant que je peux t'aimer et te désirer à mes côtés, et en vie. » avait-il murmuré ce jour là au cœur des Cimefroides. Que les esprits lui en soit témoin, il jurait ce jour que jamais son cœur ne faillirait, que jamais il ne décevrait son aimé qu'il pensait pouvoir garder près de lui jusqu'à ce que son dernier souffle de vie ne lui soit arraché. Torture, souffrance, agonie. Lente agonie. L'une de celle que seul un coeur meurtri ne pouvait entendre. Valhastar l'avait muselé le jour où sa soif de vengeance l'avait poussé à affronter les engeances de Zhaitan jusqu'à ce que mort s'en suive. Elle était là l'origine de ce lien distordu que les deux sylvaris partageaient. Entre or et ivoire, les deux hommes n'étaient voués qu'à l'ombre et la disgrâce. L'un en ayant fait sa voie, l'autre son bourreau. Daeron posa son front contre celui de la jeune pousse, les yeux clos. Il n'y avait nul dieu pour comprendre sa douleur et l'en tirer à par elle. Comme un poignard, comme une trahison. Il n'avait cependant et depuis quelques heures plus peur de se délecter du poison mortel que lui offrait le cœur de sa protégé. Dans un murmure, il ouvrit ses yeux comme deux perles de saphir luisant dans l'obscurité, crevant le ciel étoilé qui les surplombait d'une tendresse sans faille.

« Ne réclame pas ce que tu possèdes déjà, enfant capricieuse que tu es... »

A son tour, il lui offrit à nouveau le contact de ses lèvres. Plus fougueusement cette fois avec dans l'esprit des intentions aussi clairs que la lueur de la lune durant la saison du Phénix. Ses doigts parcouraient le feuillage de la tenue traditionnelle de leur peuple qui recouvrait l'objet de son désir. Durant de longues minutes, il s'attela à partager avec la jeune pousse le feu qui le dévorait. Lui faire découvrir un nouveau sentiment, de nouvelles sensations que jamais cette dernière n'avait pu encore explorer. Non, il ne la lâcherait pas. Pas tant qu'il ne la sentirait pas brûler sous ses doigts, sous ses baisers. C'est le souffle court qu'il interrompit cet échange sulfureux. Alors que ses mains se glissaient nonchalamment sous ses cuisses afin de permettre  à ses hanches de rencontrer les siennes sans leur faire obstacle. Le regard brillant, un sourire malicieux au coin des lèvres, il entreprit de s'adresser à elle d'une voix pleine de douceur.

« Me fais-tu confiance ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meliwayn

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/03/2016

MessageSujet: Re: A l'abri des regards   Sam 26 Mar - 0:58

Enfant capricieuse qui possédait déjà son cœur.
Cette réplique arracha un rire bref et tendre à la sylvari avant que ce son délicat ne soit étouffer dans un nouveau baiser comme elle aimait les recevoir de Daeron. Il était fabuleux en tout point, elle avait réfléchir et retourner la question dans tout les sens, il n'y avait rien chez lui qu'elle n'aimait pas. Oui, Meliwayn l'aimait pour tout ce qu'il était et représentait. Dans ses veines, la sève sembla presque s'enflammer alors que le bassin de son compagnon rencontra les siennes. Cette sensation nouvelle était aussi bonne qu'étouffant, l'empêchant presque de respirer. Et cette chaleur qui l'envahissait, cette douleur au creux de ses reins. Toutes les fibres de son cœur étaient sous tension alors qu'elle frôla à nouveau les lèvres de son ami des siennes, désireuse de les sentir encore. Mais rien ne vint et la sylvari se contenta d'observer le sourire de Daeron avant de répondre à sa question dans un souffle qui résonnait comme une promesse...

« Oui, pour toujours et à jamais.... »

❧ ❧ ❧

Le calme régnait à l'arche du lion et sous la voûte céleste, le couple était enlacer tendrement. Toujours sur ce toit qui servait de refuge à leur intimité, leur luisance se mêlait gracieusement. L'or et l'azure se mariait à merveille et pulsait en rythme de leur cœur battant. Meliwayn soupira doucement, sa tête reposant sur le torse de son compagnon, laissant ses doigts fin glisser sur l'écorce de sa peau. Ce qu'ils avaient fait, elle n'avait aucun mot pour le décrire et le terme de reproduction lui semblait fade et sans intérêt. Dans un murmure, la pousse épuisée souffla tendrement.

« J'ignorais que notre race pouvait faire cela.... Je croyais que c'était réservé... pour les autres. »


Lentement, la sylvari pivota, venant appuyer son menton sur la poitrine de Daeron et avoir ainsi tout le loisir d'observer son faciès avant d'esquisser un doux sourire dont elle avait le secret pour apaiser les gens.

« Je t'aime Dae... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daeron Elrhos
VOIX DES OMBRES
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 13/06/2015

Feuille de personnage
Disponibilités: Chef ! Oui Chef !
Personnage Principal:

MessageSujet: Re: A l'abri des regards   Dim 27 Mar - 20:18

Le sylvari laissa son esprit vagabonder, somnolent. La plupart des êtres vivants tendraient à dire qu'après un tel acte, l'esprit et le corps sont sensés être libre et la pensée claire. Il n'en était rien pour lui. Bien que la fatigue de l'effort soit présente, Daeron se sentait pris d'un remord étouffant, à la limite de l'agonie lente qu'on ne sait pourtant laisser aucun espoir. Les yeux clos, il divagua à moitié prisonnier du premier cycle de sommeil. Cela faisait des jours entiers qu'il luttait contre ce besoin primaire. Chaque fois qu'il fermait les yeux, il voyait, il se souvenait, il vivait comme s'il s'y trouvait à nouveau. Mordremoth... Zaithan... La créature sans passé et sans avenir voyait se jouer à l'ombre de ses paupières chaque bataille livrée au nom d'une cause qui le dépassait. Qui était-il pour décider si une cause était plus défendable qu'une autre ? Après tout, les dragons n'avaient en théorie jamais demandé à exister et à fonctionner de la sorte. Pourquoi eux, pauvres créatures mortelles seraient-elle donc en droit de décider à leur place qui était le mieux pour leur monde ? Il avait eu la possibilité de mettre le nez dans les recherches de Scarlet, celle qui disait avoir touché du doigt l'alchimie éternelle avant de sombrer dans la folie. Le sylvari y avait vue des choses troublantes, et d'autres encore que son esprit refusait de voir et d'entendre, comme pour le protéger. Mais il y avait une chose dont il était certain, la mort de ces deux titans allait engendrer des changements drastiques dans leur monde. Pire encore, il avait le sentiment que depuis la chute de Zhaitan, un engrenage s'était mis à tourner, et bien malgré lui, il craignait qu'il ne s'agisse du mécanisme du compte à rebours de la fin de tout ce qu'ils connaissaient.

Il ne répondit rien quant à l'interrogation modérée par son amie. Non, ce genre de chose n'est pas réserver qu'à une espèce ou à une autre. Daeron aurait trouvé cela étrange que cela ne puisse être possible, lui qui avait "grandit" dans l'esprit et coutumes norns et humaines. La première personne à avoir partager de son intimité en était une d'ailleurs, une norn, une toute jeune membre de la harde qui dans un relent d'alcool avait trouvé l'idée intéressante de faire l'éducation du sylvari. Il comprenait d'ailleurs mille fois la décision de Valasthar de n'avoir ouvert sa couche qu'à son apprentie. Les humaines étaient faites de chaire et de sang, le touché, le ressenti, il n'avait rien de comparable à celui des femmes qui leur étaient semblables. Ces sensations, cette chaleur, il en était même venu à se demander combien comme lui avaient finis par franchir le pas. Au Bosquet, tout tournait autour de la fratrie, des premiers-nés, et de l'arbre clair. Rien ne laissait entendre qu'une foutue plante en pot puisse s'éprendre et partager avec un humain. Cette idée eu le dont de serrer son coeur dans sa poitrine, creusant d'avantage plus le fossé qui se trouvait entre lui et "les siens". Les sylvaris n'étaient pas ses frères, il était semblable à eux, mais autre chose. Daeron n'avait pas de monde concrets auquel se rattacher.

Quand la sylvari prononça ces quelques mots, son cœur loupa un battement. Il sentit comme une montée acide dans l'intégralité de son corps le rongeant jusqu'à la racine. La culpabilité, le sentiment de trahison ne le quittait pas. Il respectait Meliwayn, intensément. Il l'aimait aussi, sûrement beaucoup pour oser répondre par des mots à cet avoeux. Siera lui avait été arraché avec la plus douloureuse violence qu'il soit de vivre, il avait été obligé de mettre un terme à ses souffrances et à son existence de servitude de ses propres mains sur l'île de la griffe. Quatre ans s'étaient écoulés... C'était encore trop tôt. Beaucoup trop tôt. Il enviait tant cette enflure de Valhastar, tout semblait si simple pour lui alors qu'il n'était rien d'autre que la pire pourriture engendrée par l'arbre clair après Faolain... La mine amer, il fixa un instant son amante, attirant d'une main sûre son visage à lui, gratifiant ses lèvres d'un nouveau baiser. Sans un mot, il se redressa, la libérant de son étreinte avec douceur. Les yeux rivés sur la ville apaisée, mourant dans un sommeil nocturne, il fini par avouer le remord dans la voix.

« Je dois m'en aller Mel'... Encore. J'ai... Des choses à faire qui ne peuvent attendre d'avantage. »

D'un geste de la main, un portail au sol s'ouvrit non loin d'eux sur la toiture qui leur avait servit de perchoir, de nid à leur échange sulfureux.

« Il te reconduira sur la terre ferme. Je te retrouverais le plus rapidement possible, je te le promet... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meliwayn

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/03/2016

MessageSujet: Re: A l'abri des regards   Lun 28 Mar - 1:13

Des mots qu'elle n'aurait cru dire à personne et pourtant...
Parce qu'il s'était offert à elle et qu'elle à lui, qu'il lui avait dit que son cœur lui appartenait, Meliwayn avait espérer que ses mots lui seraient retourné, qu'ils seraient réciproque. Mais elle fut gratifier d'un silence lourd et oppressant. Cet échange tendre et passionné qu'ils avaient eu semblait avoir été balayer d'une main pour laissé place à un fossé douloureux. Forcé de se redresser à son tour, la sylvari resta assise tout près de son ami, l'observant avec un regard alarmé. Ces mots avaient été si grave que cela pour être ainsi ignoré et pour causer une telle expression de douleur chez son ami ? Le baiser qu'il lui offrit eu un goût amer et la jeune pousse resta là à le fixer sans comprendre avant que la lueur rosâtre du portail ne les éclairent.

« Tu.... me chasse ? »

Souffla la délicate créature en fixant son ami avec une expression aussi perplexe que douloureuse. Rapidement elle s'empara de ses vêtements et les enfila, évitant le regarde son ami avant de se redresser pour s'approcher du portail. Pivotant le visage, Mel posa sur Daeron un regard triste et murmura.

« Je... Je ne comprends pas... Tu m'as dit que ton cœur m'appartenais... »


Meliwayn avait envie de pleurer, de se laisser aller dans la tristesse mais trop fière, la jeune pousse se contenta de fixer son ami et ajouta avec un sourire triste et désolé.

« Finalement ton ami avait raison... une conquête comme une autre. Je me sent idiote d'avoir cru que... »

Secouant la tête, Meliwayn se jeta dans le portail pour apparaître au bas de la tour. Un dernier regard vers celle-ci et la silhouette de Daeron qui pesait au dessus d'elle comme un prédateur. Son petit cœur végétale lui fit subitement mal et rapidement la sylvari s'éloigna au pas de course, fuyant pour rejoindre le portail asura qui donnait sur le bosquet et s'y engouffra sans une once d'hésitation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A l'abri des regards   

Revenir en haut Aller en bas
 
A l'abri des regards
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fallout, l'abri 113 en vrai !
» y a pas un lieu à l'abri des regards indiscrets?
» Le Bestiaire
» Bribes. [Récit à lire]
» A peine arrivé, déjà reparti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: La Kryte :: L'arche du lion-
Sauter vers: